Culture,  Empowerment,  Interview,  Self love

Transformative Sunday et besoin d’ancrage : Louise Chabat nous raconte

J’ai rencontré Louise il y a un an lors du lancement des Transformative Sunday. Un atelier de développement personnel dans lequel elle propose d’accompagner vers une transformation du corps, de l’âme et de l’esprit ! Mêlant le concept à la danse ou au théâtre elle parvient à allier différents outils pour permettre à chacun de trouver en lui les ressources nécessaires pour avancer vers l’objectif qu’il s’est fixé. Le projet a évolué tout au long de l’année 2019, à l’image de Louise qui est remontée sur scène récemment après des années loin des planches françaises. Installée à Paris depuis peu avec son compagnon elle nous partage son besoin d’ancrage et d’immobilité.

 

Bonjour Louise, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Hello et merci pour cette interview !
Je suis psycho-somato thérapeute et comédienne depuis 10 ans. Et oui ! Je suis une vieille bique de 31 ans maintenant (rires).
Je viens de me réinstaller à Paris après avoir été nomade pendant plusieurs années et je suis assez heureuse de ce nouvel ancrage car il est porteur de plein de challenges (et donc d’apprentissages – pour moi).

 

L’année dernière tu lançais les « Transformative Sunday ». Tu peux nous en dire un peu plus ? Quel en est le concept ?

Oui ! Le 1er TRANSFORMATIVE SUNDAY a vu le jour en février 2019.
Le concept, l’année dernière, a été qu’un dimanche par mois, j’invite un nouveau praticien/thérapeute à venir co-animer une journée d’ateliers de développement personnel avec moi en groupe.
L’idée était de proposer des journées riches ludiques et vivantes en mélangeant nos approches pour impulser une transformation complète: corps, esprit, âme !

 

View this post on Instagram

S I N E Q U A N O N R U N _ Comment poser ses limites? Apprendre à se respecter? Regagner confiance en soi? _ La réponse à la @sinequanonrun demain! On vous attend au Parc de la Villette à partir de 14h pour découvrir le village & les animations qu’elles ont concoctées! _ J’animerai 2 ateliers d’1h chacun a 15h & 16:15 pour apprendre à DIRE NON (condition Sine Qua NON au respect des limites de l’autre) _ Les ateliers coûtent 7€/personne et tous les bénéfices seront reversés à des associations comme @lamaisondesfemmes_sd @fightfordignity_ qui se battent contre les violences sexuelles & sexistes faites aux femmes. _ Nous on veut : recréer du dialogue entre les hommes & les femmes, développer son estime de soi & booster sa force intérieure 💪🏿💪🏾 _ Au programme! Méditation guidée / cercle de parole / jeux de rôles / introduction à la CNV (communication non violente) & lâcher prise corporel avec la danse (si le temps nous le permet!) _ Je sais pas comment je vais faire rentrer tout ça en 1h 😅 CEST UN RÉEL DÉFI POUR MOI qui ai l’habitude d’avoir une journée complète pour travailler avec vous! _ À demain! Plus que quelques places de libre LIEN DANS MA BIO 🏃🏿‍♂️🏃🏿‍♀️🏃🏾‍♂️🏃🏾‍♀️

A post shared by ʟ ᴏ ᴜ ɪ s ᴇ ᴄ ʜ ᴀ ʙ ᴀ ᴛ (@louisechabat) on

 

Quel est le bilan après un an d’ateliers ? L’aventure continue en 2020 ?

Bien sûr !
Le bilan est qu’il s’agit probablement de la meilleure chose que j’ai créé de ma vie!
L’expérience et le retour que j’ai eu des participants ont été complètement bouleversants. Je n’aurais jamais cru me sentir autant à ma place rapidement.
Ce n’était pas les premiers groupes que j’animais mais je n’aurais jamais cru avoir ces témoignages là. Les gens m’ont partagé qu’il s’agissait d’une des journées qui avait le plus marqué leur vie, une expérience inoubliable durant laquelle ils se sont surpris, challengés, découverts…
Ce sont des moments rares où l’échange authentique, la gratitude partagée, la puissance de la vulnérabilité, l’éclosion de projets, l’accouchement des personnes à devenir pleinement elles-mêmes, pour moi sont les plus beaux cadeaux du monde ! Je prévois en 2020 d’en faire plus souvent. Plus souvent toute seule aussi.
Et de continuer à porter le projet dans toutes les villes où les gens m’appellent !
Les stages se sont déjà envolés vers la Corse, Lyon, Montpellier et prévus l’année prochaine à Bordeaux, Marseille, Paris bien sûr, et peut-être Nice, Biarritz and more !

Peut-être que l’arrivée de cette nouvelle décennie accentue cette impression d’accélération avec toujours plus ce besoin de ralentir

 

En parallèle de ton travail de psychothérapeute par lequel tu accompagnes les autres à se sentir mieux, tu sembles toi aussi te découvrir un peu plus chaque jour. Tu fais référence à une « deuxième phase » de ta vie. Comment s’est développé ce ressenti ?

Ce ressenti, j’ai commencé à le percevoir cet été, un besoin d’ancrage qui devenait de plus en plus fort après avoir voyagé pendant des années. Je sentais que c’était en plantant mes racines plus profondément que j’allais pouvoir étirer mes branches plus loin !
Peut-être que l’arrivée de cette nouvelle décennie accentue cette impression d’accélération avec toujours plus ce besoin de ralentir. C’est une deuxième phase aussi car après avoir exploré la Femme Guerrière pour accoucher de ce projet et la Femme Médecine en devenant thérapeute, j’ai besoin à présent d’explorer de nouveaux archétypes féminins, le yin, la douceur, sortir du « faire » pour rentrer dans l’être (humain) tout simplement.

 

Tu viens d’emménager avec ton compagnon, ce qui représentait un gros challenge pour toi. Pourquoi oser maintenant ?

Ça fait dix ans qu’on se connait.
On avait vécu une première histoire qui a duré cinq ans, puis on s’est séparés quatre ans quand j’ai voyagé et on s’est retrouvés à mon retour.
Ce n’était pas du tout prévu, on avait tous les deux eu d’autres histoires d’amour entre temps, c’était vraiment fini, et pourtant..!
Comme quoi, c’est la preuve vivante que quand quelque chose doit être vécu, ça l’est, inutile de forcer ou de s’y accrocher. Il m’a laissée partir et au final je suis revenue des années après (et j’en suis la première surprise ! ).
On avait tous les deux envie de construire, d’avancer, d’expérimenter ce que la vie à deux pouvait nous apprendre et nous offrir alors on s’est lancés et un mois après on a trouvé un appartement dans lequel je vous écris là !
Ça représentait un challenge car j’avais beaucoup de croyances et de peurs limitantes: m’installer quelque part signifiait m’enfermer, me menotter quelque part, m’emprisonner… moi la voyageuse, le papillon comme il m’appelle depuis toujours.
Finalement c’est dans le cadre et dans l’immobilité, ‘‘stillness” en anglais, qui est un terme qu’on entend beaucoup dans la spiritualité. C’est ce que je devais faire pour devenir la femme que j’ai envie d’être.

 

View this post on Instagram

M E D I T A T I O N 👁✨👁 _ Cadeau 🎁 _ Hier, @deepakchopra à lance une « 21 Day Méditation Experience » sur son site @chopracenter & son app avec @oprah ! C’est COMPLÈTEMENT GRATUIT !! Pendant 21 jours vous recevrez chaque jour par mail ou messenger, une méditation guidée de 20-30 minutes sur le thème de “The Path To Empowerment” C’est en anglais mais il me semble que la VF sort sur l’app française de @deepakchopra dans quelques jours aussi ! _ Ce sont des méditations avec un mantra & une “centering thought” pour poser une intention chaque jour. Perso c’est comme ça que j’ai commencé à méditer, j’avais essayé pleins d’autres apps mais j’aimais jamais les voix des gens. Le fait de recevoir tous les jours quelque chose CADRE la routine et permet d’ANCRER une habitude _ La méditation c’est comme le sport il faut pratiquer et entraîner le cerveau comme un muscle c’est tout. Vous ne pouvez pas « réussir ou échouer » c’est une pratique & un entraînement de chaque jour _ Pour participer vous pouvez aller sur le site du @chopracenter et vous inscrire (Où télécharger l’app “Oprah & Deepak Meditation Experience” si vous avez accès au Apple Store US ou CAN.) Pour les francophones la VF sort dans quelques jours Mais perso je supporte pas la voix du traducteur _ Dites moi ce que vous en avez pensé! C’est pas la 1e x que je partage quand ils mettent en ligne des expériences gratuites & bcp d’entre vous m’ont dit que ça leur avait changé la vie alors super! _ Photos de ce qu’ils se passe dans mon cerveau quand je médite 🤪 @capucinedechocqueuse

A post shared by ʟ ᴏ ᴜ ɪ s ᴇ ᴄ ʜ ᴀ ʙ ᴀ ᴛ (@louisechabat) on

 

Nous avons pu te retrouver sur scène le 25 novembre dernier pour interpréter le rôle de France dans la pièce 2052 écrite par Eric Sautonie. Le théâtre fait partie de tes projets ?

À suivre! Je n’en sais pas plus pour l’instant sur l’avancée du projet, il faudra attendre les réponses des producteurs pour savoir s’il verra le jour ou non.
En tout cas c’était un gros défi de remonter sur les planches au théâtre en France, sept ans après ma dernière expérience ici, avec une pièce écrite. Surtout avec un premier rôle aussi complexe que celui de France !
Ça m’a permis de voir où j’en étais en tant qu’actrice aujourd’hui après toutes ces années à jouer au théâtre au Canada ! (Je suis beaucoup plus à l’aise).

 

Justement, que prévois-tu pour le futur ?

J’ai arrêté de prévoir le futur parce que la vie me prouve continuellement qu’elle est pleine de surprises et que rien ne se passe jamais comme prévu.
En revanche, comme c’est peut-être notre dernière année à Paris, j’aimerais la mettre à contribution pour faire éclore des projets qui sont facilement faisables ici, c’est à dire: beaucoup d’ateliers en groupe, des masterclass et de la scène ! Je rêve de réécrire un spectacle que je jouerai ici en France (le premier, je l’avais emmené direct à Montréal). C’est vraiment mon plus grand rêve.

 

Essayer d’être au plus proche de mon essence et partager mes failles, mes peurs et ma vulnérabilité, c’est ça pour moi l’audace

 

Merci Louise. Pour finir, peux-tu nous partager ta plus grande audace ?

Ma plus grande audace ?
Je crois que c’est chaque fois que j’ose être vulnérable et montrer qui je suis vraiment.
Essayer d’être au plus proche de mon essence et partager mes failles, mes peurs et ma vulnérabilité, c’est ça pour moi l’audace. Être qui on est vraiment, sans cacher aucune part de nous, en acceptant l’ombre et la lumière. Oser mettre les ombres en lumière.
Et c’est vraiment ma mission n°1 pour 2020.
Plus d’audace, plus de créativité, de spontanéité, d’authenticité, de bat les couilles, de joie, de danse, d’expression de qui je suis.
En espérant que ça en autorise certains à en faire de même. C’est quand même ça le but: s’autoriser pour autoriser l’autre.
S’inspirer à accoucher de qui nous sommes pour l’offrir au monde. Non ?

 

Retrouvez Louise, les TRANSFORMATIVE SUNDAY et toute son actualité sur son compte Instagram et via Linktree.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *