Culture,  Interview,  Sport

Passionnée, professeure de Yoga de la Femme et formatrice : rencontre avec Tatiana Elle

Tatiana Elle est professeure de yoga et formatrice.
Je l’ai rencontrée lors d’un cours de Yoga de la Femme il y a plus d’un an et sa douce énergie m’a immédiatement séduite.
Tout en permettant de se reconnecter à sa féminité, la pratique du Yoga de la Femme aide à retrouver un « bien être émotionnel, physiologique et physique » par l’utilisation « de postures de Hatha Yoga, de Yoga du visage, de Yoga des hormones, de Luna Yoga, de Yin Yoga et de Restorative Yoga ».
J’ai retrouvé Tatiana en juin 2019 à l’occasion de la sortie de son livre « Le Yoga de la Femme ». Elle nous en dit un peu plus sur cette jolie pratique qui s’adresse à toutes les femmes.

 

Hello Tatiana, peux tu te présenter ?

Bien sûr. Je suis née en Russie pendant la période soviétique.
La femme et la sexualité n’y avaient pas beaucoup de place, j’ai donc commencé à m’intéresser au sujet par moi même durant l’adolescence.
Après des études en langues étrangères, je suis partie enseigner l’anglais à Taiwan où j’ai commencé à me former au yoga.
Par amour, je suis venue m’installer en France en 2013 et j’y enseigne le yoga depuis.

 

View this post on Instagram

🌄REFUGE INTÉRIEUR🌅 🌁Avez-vous un refuge intérieur ? Que faites-vous quand vous vous sentez épuisé ? . Un refuge intérieur est un espace intérieur où une personne gagne de l'énergie et se libère du stress et des pensées négatives. Un espace où vous pouvez vous retrouver, vous connecter à votre essence, trouver les réponses aux questions les plus importantes et les plus passionnantes. Ici, vous pouvez trouver l'inspiration, avoir un aperçu de nouvelles idées, vivre une expérience émotionnelle intense. . Le refuge intérieur peut être un endroit imaginaire ou tout à fait réel, souvent dans la nature. Il existe des lieux magnifiques et puissants qui regorgent de beauté, de sens de la grandeur et de tranquillité et qui nous remplissent d’émotions fortes : des montagnes, des lacs, des forêts, des caves où les personnalités spirituelles méditaient (par exemple la caverne de Vashistha à côté de l'Himalaya) etc. . Chacun de nous possède un tel coin, dans lequel nous nous sommes sentis plus forts, épanouis. Pensez à revenir dans cet endroit de temps en temps. Et si vous ne le pouvez pas, Fermez simplement les yeux et pendant quelques minutes imaginez-le et laissez-le devenir votre refuge intérieur, votre source d'inspiration. . Quel endroit est votre refuge intérieur? . #goodvibes #selfhelp #developpementpersonnel #yogamindset #penseepositive #vivremieux #bienetre #yogainspiration

A post shared by Tatiana Elle (@tatiana.elle) on

 

Tu as publié un livre sur le Yoga de la Femme aux Editions First. Que trouve t-on dans ce livre ? A qui s’adresse t-il ?

Ce livre s’adresse à toutes les femmes qui veulent pratiquer le yoga, peu importe leur niveau.
Il contient quarante quatre séances avec autant de thématiques pour permettre aux femmes de pratiquer chez elles.

 

Tu as été formée à de nombreuses méthodes de Yoga qu’est-ce qui t’a poussée à te spécialiser dans le Yoga de la Femme avec ta propre méthode ?

J’ai toujours été très intéressée par la féminité.
Un an après mon arrivée en France, je me suis formée au Yoga des hormones avec Dinah Rodrigues, puis j’ai commencé à l’enseigner.
Grâce aux retours des élèves j’ai élaboré de ce point de départ mon propre enseignement.
Il existe dans le Yoga des hormones certaines contre-indications comme l’endométriose avancée, le fibrome de plus de 5 cm, le cancer hormonodépendant, ou hyperthyroïdie.
Avec l’ajustement des postures et des techniques toutes sont les bienvenues au Yoga de la Femme.

En arrivant au Tigre du Yoga Club en 2015, j’étais supposée enseigner le Vinyasa mais Elodie (N.D.L.R. Elodie Garamont est la fondatrice des Tigres du Yoga Club) m’a demandé si je connaissais autre chose.
Je lui ai présenté le Yoga de la Femme et elle m’a dit « on le fait ».
Je pense que c’est le vrai point de départ. 
C’est également pour cette raison que j’ai ajouté Elodie dans les remerciements du livre, elle a marqué la régularité de ce cours.

 

Pourquoi est-il réservé aux femmes d’ailleurs ?

Je vais préciser au cas où, mais ce n’est pas un yoga qui est contre les hommes.
On est pour les hommes, on est avec eux, tout va bien (rires). 
C’est bien de le dire aussi car on est juste dans une autre dimension.
Le corps d’une femme est différent : on a des ovaires, un utérus, des règles tous les mois, on peut enfanter. 
Le taux hormonal des femmes change tous les mois puis selon les étapes d’une vie : ménopause, grossesse, etc.
Celui des hommes change aussi mais c’est une vague assez légère.

 

 

Justement, comment le Yoga de la Femme peut accompagner les femmes durant ces différentes étapes de vie ?


Étant une femme moi même, je me rends compte que la société tend vers le perfectionnisme pour le sexe féminin. Je rencontre beaucoup de femmes qui n’ont pas confiance en elles.
Le postulat du Yoga de la Femme est la bienveillance envers soi même. Ce n’est pas qu’au niveau physique c’est aussi au niveau émotionnel : comment je me ressens.
Mon but dans le cours c’est que la femme se sente bien dans sa peau : je suis belle, je suis telle que je suis et je m’accepte, pas seulement physiquement.

 

Quel est le bon moment pour en commencer la pratique ?

On peut commencer à n’importe quel âge et à n’importe quel moment. On peut commencer la pratique pour s’accepter ou approfondir son amour de soi. 
Si on ne se sent pas bien, c’est un bon moment pour trouver les réponses, mais j’en profite pour rappeler que si c’est le cas, ça veut simplement dire qu’il s’agit d’un moment de changement.
Dans le livre comme dans les cours, la pratique est abordable et il n’y a pas de postures compliquées. L’idée n’est pas la performance. 


 

Si on ne prend pas soin de soi on ne peut pas prendre soin des autres.

 

Pendant tes cours tu rassures beaucoup les femmes : « vous êtes parfaites » ou « vous êtes magnifiques ». Tu insistes sur la notion de bien-être et déculpabilise l’à-peu-près, là où le yoga demande souvent une grande précision.
Pourquoi est-ce important dans la pratique du Yoga de la Femme ?

C’est un yoga complémentaire des autres pratiques. Comme une petite parenthèse.
Si on ne prend pas soin de soi on ne peut pas prendre soin des autres. 

C’est le but ultime de ce cours mais ce n’est pas toujours évident. Ça dépend de beaucoup de choses : de l’enfance, du bagage avec lequel on vient.
Lorsqu’une femme vient pour la première fois en cours, elle regarde souvent les autres, se compare « est-ce que je fais bien ou pas ».
Avec la pratique, après quelques cours, elle est beaucoup plus calme, elle peut bailler, elle peut se reposer et c’est parfait.
Ça me fait énormément plaisir car je sais qu’elle est bien.
Le but est d’accepter son corps mais pas seulement. C’est une pratique mentale, physique et émotionnelle.

 

En quoi le livre est-il complémentaire du cours ?

Dans le livre il y a moins de postures mais on peut y trouver des postures yang par exemple.
C’est un livre pour pratiquer chez soi puisqu’il y a différents thèmes donc on peut plus facilement faire des postures dynamiques et debout. 
Dans le cours on ne fait pas de postures debout car mon but est vraiment la détente des femmes.
La pratique est plus élaborée dans le cours. Le livre est un accompagnement avec des pratiques courtes d’environ quinze minutes alors que le cours dure minimum une heure.
Il peut également servir de support aux professeur.e.s de yoga.

 

La culpabilité est une chose inutile qui ne vient pas directement de nous. C’est une émotion extérieure à nous qui nous manipule et nous influence.

 

Quel est le meilleur conseil que tu peux donner aux femmes pour déculpabiliser au quotidien ?

Dans le livre, des sessions sont dédiées à la confiance en soi, à l’ancrage.
L’un des postulat du Yoga de la Femme c’est aussi de comprendre ses besoins. Avec la pratique on apprend à mieux s’écouter.
Lorsque l’on sait vraiment ce qu’on peut accepter et ce que l’on ne peut pas accepter il est recommandé de l’écrire. C’est très utile.
La société dicte beaucoup aux femmes, comme avoir des enfants par exemple. Pourtant, certaines femmes découvrent qu’elles n’en veulent pas et c’est normal aussi.
Connaître ses besoins c’est comme la fondation d’une maison. Dans les moments de stress on peut avoir tendance à l’oublier, mais en se basant sur cette liste on peut dire non plus facilement sans culpabiliser.
La culpabilité est une chose inutile qui ne vient pas directement de nous. C’est une émotion extérieure à nous qui nous manipule et nous influence. Il est important de s’observer pour comprendre le moment où l’on se sent coupable.

 

Dans le livre, tu nous expliques en quoi le masculin et le féminin qui se trouvent en chacun de nous sont complémentaires. Pourtant les femmes tendent à se focaliser sur leur énergie masculine  « pour garder le contrôle en toutes situations ».
Qu’avons nous à gagner à laisser s’exprimer notre énergie féminine ?

Quand on revient vers notre féminin sacré, vers notre féminité, on améliore sa vie à tous niveaux car il s’agit de notre état naturel.
Bien sûr chacune de nous est unique. Peut-être l’une sera un peu plus masculine mais c’est bien de revenir vers cet état de féminité car c’est bon pour la santé, le niveau émotionnel et mental.
Pour la femme c’est important d’avoir le champ énergétique dans le bas du corps. C’est ça qui nourrit les ovaires, l’utérus et les seins aussi. Tout est lié.
L’énergie féminine est comme un aimant : par mon calme j’attire ce que je souhaite.
Tandis que l’énergie masculine est plus dans l’action : il s’agit d’aller le chercher.
L’équilibre entre les deux énergies est idéale. 
Revenir vers l’énergie féminine c’est apprendre à s’écouter, écouter son corps et ses cycles pour se diriger vers la liberté et l’épanouissement.

 

View this post on Instagram

La rentrée 👌 J'espère que l'été vous a gâté et vous êtes plein d'énergie pour aborder les nouveaux projets. 🤗 De mon côté,  je suis ravie de vous accueillir dans mes cours à partir de cette semaine. Attention,  il y a quelques nouveautés.🌟 . . 🌺 Lundi 15h -16h30 : Yoga de la Femme au Tigre  Chaillot @tigreyogaclub 🌟 NOUVEAU 🌟 (à  partir du 9 septembre) 17h30 – 18h30 : Hatha yoga au Tigre Rive Gauche 18h30 – 19h30 : Yin yoga au Tigre Rive Gauche 🌟 NOUVEAU 🌟 . . 🌿 Mardi 11h – 12h15 : Hatha & Méditation au Tigre Rive Gauche . . 🌻 Mercredi 9h – 10h30 : Yoga de la Femme au Centre Élément @lecentreelement 🌟 NOUVEAU 🌟 11h30 – 12h30 : Yoga de la Femme au Tigre Rive Gauche . . 🌹 Jeudi 16h – 17h30 : Yoga de la Femme à Beyoga @beyogaparisofficial 18h45 – 20h : Vinyasa à Yoga Vision @yoga_vision_paris . . 🌾 Vendredi 11h – 12h30 : Yoga de la Femme au Tigre Rive Gauche . 16h – 17h : Yoga prénatal au Tigre Marais 🌟 NOUVEAU 🌟 . A très vite  sur le tapis 😊🙏 . . #larentrée #yogaparis #yogatouslesjour #yogadelafemme #yogaprenatal #hathayoga

A post shared by Tatiana Elle (@tatiana.elle) on

 

Depuis 2017 tu formes les professeures au Yoga de la Femme en parallèle des cours que tu donnes.



Oui tout à fait. Pour un professeur de yoga déjà expérimenté, la formation au Yoga de la Femme durera six jours.
A partir de juillet 2020, les personnes qui n’enseignent pas encore mais qui souhaitent se former pourront également bénéficier de la formation.
Cela durera quatre semaines : deux semaines en juillet puis un week-end par mois de septembre à décembre.
Mon but pour les futures enseignantes est qu’elles se reconnectent à elles même et développent leur propre personnalité en enseignant la pratique.

 

Une recette magique pour être aussi souriante et solaire ?



Merci beaucoup ! Je souris car j’aime les gens.
En yoga lorsque l’on dit « Namaste » cela signifie « je reconnais la lumière de ton âme ».
On est le reflet et le miroir de l’autre. Si l’on voit une personne rayonnante devant soi cela veut dire que l’on est soi même rayonnant.
J’essaie d’être ce beau reflet de chaque personne que je rencontre.
 En donnant, on reçoit.
Bien sûr le yoga aide à développer cela.

 

Dernière question, peux tu nous partager l’audace dont tu es la plus fière ?

C’est un petit peu toute ma vie.
J’ai grandi avec une mère autoritaire, même si on s’adore, j’avais peur de tout.
Arrivée à l’université j’ai beaucoup lu, des livres de développement personnel notamment. J’ai lu quelque part : « si tu as peur, fais le ».
C’est comme ça que j’ai terminé mes études avec mention. C’est devenu la base de ma vie : de Taiwan jusqu’à la France. Parfois, il faut juste sauter et les ailes vont pousser pendant que tu tombes.

Écrire un livre en français était aussi assez audacieux (rires).

 

Pour retrouver Tatiana :

Deux sites :  yogadelafemme.org ou tatianaelle.fr

Le planning des cours
Formation au Yoga de la Femme

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *